«

En-Marche.fr

‹ Retourner

Inventer un nouveau modèle de croissance

La transition écologique est une priorité pour aujourd’hui qui affecte tous les secteurs de la vie économique et sociale.   2016 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée. Il s’agit non seulement de sauvegarder les ressources et les espèces mais de répondre à des problèmes de santé publique. Aujourd’hui, plus de 60% de la population française respire un air pollué, qui est responsable de la mort prématurée de 48 000 personnes chaque année. La pollution chimique, les perturbateurs endocriniens, les pesticides nous exposent à des conséquences sanitaires de moins en moins contestables, comme des cancers ou la baisse de la fertilité. Il ne faut pas des petites mesures mais de grands changements. Nous devons forger un nouveau modèle de production et inventer de nouvelles façons de nous déplacer, de nous nourrir, de produire. Le modèle que nous proposons est porteur de solidarité, d’emplois, de compétitivité pour nos entreprises, de renouveau pour nos agriculteurs, de santé et de meilleure qualité de vie pour les citoyens.
Partagez Tweetez Envoyez

 Accélérer nos mutations vers une production d'énergie équilibrée et sans carbone.

  • Nous financerons le développement des énergies renouvelables : d’ici à 2022, nous avons pour objectif de doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque.

L’Etat devra encourager l’investissement privé pour mobiliser 30 milliards d’euros d’investissements.

  • Nous en finirons avec les procédures qui s’empilent, en raccourcissant et en simplifiant les procédures de déploiement des énergies renouvelables.
  • Nous focaliserons les efforts de recherche, de développement et d’investissement des opérateurs sur le stockage de l’énergie et les réseaux électriques intelligents.

 

Nous réduirons notre dépendance à l'énergie nucléaire, avec l'objectif de 50% d'énergie nucléaire à l'horizon 2025.

 

Faire de l’économie circulaire et du recyclage un nouveau modèle économique.

Nous viserons une économie 100% circulaire. L’économie circulaire est une opportunité pour l’emploi. Nous diviserons par deux les déchets ménagers mis en décharge d’ici à 2025.

  • Nous renforcerons la lutte contre l’obsolescence programmée en renforçant l’affichage de la durée de vie des appareils électroménagers.
  • Nous visons « 100% de plastique recyclé sur tout le territoire » d’ici 2025, grâce à la modernisation des centres de tri par l’augmentation progressive de la taxe générale sur les activités polluantes (sur l’incinération et l’enfouissement).
  • Les industriels devront faire figurer sur les emballages des indications très simples pour faciliter le tri et en faire un réflexe pour chaque Français.
  • Nous étendrons le système de bonus-malus sur l’éco-contribution, pour favoriser les produits durables, tout en pénalisant les produits néfastes pour l’environnement.
  • Nous généraliserons les engagements volontaires de lutte et lancerons de nouvelles initiatives contre le gaspillage alimentaire avec les fédérations professionnelles concernées.
  • D’ici à 2022, l’ensemble de la restauration collective – les cantines des écoles et les restaurants d’entreprise – devra proposer au moins 50% de produits biologiques, labels de qualité, ou local.

Accompagner les transitions.

  • L’Etat soutiendra les régions. Il leur accordera des fonds, en contrepartie de leur engagement à :

  1. Réduire leur empreinte environnementale : par exemple, à travers le soutien à l'objectif de sortir la France des énergies fossiles, la production d’énergies renouvelables locales, les nouvelles formes de mobilité et la protection de la biodiversité, au titre de laquelle nous fixerons l’objectif de mettre un terme à l’artificialisation des terres.
  2. Créer des emplois : parce que la transition écologique créera des emplois mais en détruira d'autres, ces contrats soutiendront l'accompagnement des "travailleurs perdants" pour les reconvertir et les faire évoluer vers les secteurs en croissance.
  • Nous lancerons un grand plan de rénovation des bâtiments publics, de l'Etat et des collectivités locales pour 4 milliards d’euros.

 

Nous accompagnerons les Français dans leur mobilité individuelle.

  • Nous accélérerons le déploiement des véhicules électriques en maintenant le bonus-malus à l'achat et en accélérant le déploiement des bornes de recharge.
  • Nous créerons dans le cadre du plan d’investissement une prime exceptionnelle de 1000 euros pour permettre à tous ceux dont les véhicules ont été fabriqués avant 2001 d’acheter des voitures plus écologiques, qu’elles soient neuves ou d’occasion.

Nous accompagnerons les Français afin qu'ils isolent leurs logements.

  • Nous permettrons à tous de pouvoir réaliser les travaux nécessaires, notamment à ceux qui n’ont pas aujourd’hui toutes les ressources pour investir.

Nous transformerons le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) en prime immédiatement perceptible au moment des travaux et non l'année suivante. Ainsi, ceux qui engagent des travaux ne seront pas soutenus par l’Etat un an après leur décision, mais dès le moment où ils commencent leurs travaux. 

Nous aiderons particulièrement les ménages les plus pauvres à rénover les passoires énergétiques et à mieux s’alimenter.

  • Nous proposerons un audit gratuit à tous les propriétaires occupants en situation de précarité énergétique : maisons à la campagne, pavillons du périurbain, copropriétés où les travaux ont été trop longtemps repoussés.
  • Nous viserons la rénovation de la moitié des logements-passoires des propriétaires les plus modestes dès 2022, afin de diminuer les émissions et de faire baisser les charges (électricité, fioul, gaz). A cette fin, via un fonds public doté de 4 milliards, nous financerons les travaux des propriétaires les plus précaires.

 Préserver la planète.

  • Nous mobiliserons les chefs d’Etat et les entreprises, afin de créer une dynamique et une prise de conscience de même ampleur que celle engagée sur la question climatique, grâce à une conférence mondiale. On localisera dans les outre-mer 
  • Nous devrons prendre des sanctions commerciales au niveau européen contre les pays qui ne respectent pas les clauses environnementales des accords commerciaux conclus avec l’Union européenne. Face aux velléités du nouveau Président américain, la France devra notamment peser pour que l’Europe mette les Etats-Unis face à leurs responsabilités.

Ce site utilise des cookies — En savoir plusOK